lundi 19 avril 2021

Prendre le mal-être pour du Bien-être... ?

Alors que je participais il y a une quinzaine d'année à un groupe de développement personnel, notre accompagnatrice en racontant son parcours jusqu'à être devenue une femme consciente, libre et prompte à profiter de chaque minute qui lui restait, nous confia que le mal-être qu'elle avait si longtemps éprouvé, s'avérait finalement avoir été la grande chance de sa vie. Il n'en fallut pas davantage pour interloquer toute son audience... moi la première. J'ai quand même cherché à méditer sur cette question : comment souffrir émotionnellement, mentalement et physiquement avec l'intensité parfois inhérente à la peur profonde, la violence, le désespoir et aussi l'impuissance, pouvait être considérée un jour comme une chance... ? Il me fallu plusieurs années pour comprendre, mais finalement j'ai saisi... Je me joins aujourd'hui à ces explications dont je me suis tout le temps souvenue. Elle était alors formelle : si elle n'avait jamais souffert à ce point, non seulement elle n'aurait probablement jamais bougé et ne se serait pas révélée à elle-même comme elle a pu accéder à ses passions et à ses rêves. Elle se serait satisfaite d'un "petit train-train" : un travail devenu ennuyeux avec les années, dans un cadre auquel elle n'arrivait plus à s'adapter, son couple épuisé de faire des concessions qui aggravait les frustrations de part et d'autre, et les débordements émotionnels... Puis un jour, le déclencheur, juste après la mort de son père elle fut éprise de tels symptomes d'épuisement et de saturation qu'elle était "obligée" de demander de l'aide. Elle fît alors une des premières grandes rencontres de sa vie : sa thérapeute qui allait l'accompagner un petit bout de chemin, et pas à pas, l'aider à découvrir dans un premier temps que sa vie elle l'avait créée, et que désormais elle pouvait grandir en estime et en confiance pour l'imaginer mieux et la créer en conscience. Ce fut quand même un long chemin, mais des plus instructifs et passionnants. Puis cette femme m'a aussi accompagnée un petit bout de chemin. Pour vous dire que sa rémission est "durable", aujourd'hui, même si nous ne sommes plus directement en contact, je reçois régulièrement des nouvelles et constate qu'elle est toujours sur son axe d'épanouissement, ayant à son actif plusieurs best-sellers et collectionnant les interviews dans les médias les plus relayés. Tout cela pour vous dire aussi, et c'est la chose qui m'avait le plus épatée quand elle l'a dîte : "D'ailleurs, si vous vous sentez mal, cela veut dire que vous allez bien." Êtes-vous aussi surpris que j'ai pu l'être ce jour-ci ? Maintenant je le dirais avec ces mots : une personne qui se trouve à ce point déconnectée de sa nature est résignée à tout accepter, a si profondément enfouie sa part créatrice qu'elle ne ressent "pas grand chose", sinon rien, dépourvue d'espoir, et est à mille lieu de reconnaître qu'elle pourrait se mettre en route pour changer la moindre chose. Vous trouvez aussi cela triste ? Quand même il y a une bonne nouvelle. Si vous n'êtes pas satisfait de votre vie, c'est que vous SAVEZ que vous êtes là, ici, dans cette existence, pour vivre la vie qui vous correspond, et que plusieurs parties en vous croient ENCORE que vous pouvez encore vous y engager. Si vous vous sentez mal (même sans aller jusqu'à la dépression), c'est que votre être intérieur SAIT que quelque chose de meilleur pour vous est possible ! Vous êtes bien vivant ;-)
Oui, vos désirs à l'intérieur ne demandent qu'à se réaliser. Et comme je l'ai rappelé dans mon e-book "Comprendre la loi de l'attraction", la loi fonctionne toujours et répond à ce que vous croyez. Seulement pour mieux créer votre vie consciemment, cela nécessite d'identifier vos valeurs, de rétablir le lien avec chacune, et les vibrer au point de les manifester de plus en plus, jusqu'à ce qu'elles soient les thèmes principaux des chapitres que vous allez créer. À vous qui peut-être souffrez, je voulais juste vous partager cette pensée qui m'a tout le temps depuis aidée à me souvenir depuis que la souffrance est aussi notamment le signe de notre légitime impatience à matérialiser ce que l'on veut, le moteur qui vous aidera probablement à transformer vos "je ne veux pas" en "voilà ce que je veux" avec une immense force ! Chaleureusement, Hélène Chartier Libératrice de Pouvoir Créateur Inscrivez-vous à la Newsletter

Aucun commentaire:

Publier un commentaire